A LA UNETrial Moto

Gaël Chatagno, le Français qui monte

Gaël Chatagno (Sherco) étrennera à La Mongie, à l’occasion du Grand Prix de France du Championnat du Monde FIM de Trial, son titre de vainqueur de la Coupe FIM de Trial 125cc 2014 remporté ce week-end en Grande-Bretagne après une neuvième victoire sur dix départs.
Sous l’égide de son père, le pilote de 16 ans en a dit plus sur l’enfance dont il sort à peine. « J’ai commencé à rouler à l’âge de 5 ans. Comme pour beaucoup d’enfants, ma première moto était une Yamaha PW50. Un an plus tard, j’ai débuté en compétition sur une Gas Gas TXT Boy », a-t-il dit. « Depuis, j’ai progressé étape par étape jusqu’à ce premier titre mondial.Mon père a été trialiste, mais il a commencé à rouler lorsqu’il était plus âgé et seulement un niveau régional », ajoute-t-il. « Sa passion, c’est le cheval, une voie que j’aurais pu suivre aussi. J’ai beaucoup monté lorsque j’étais plus jeune et j’ai passé mes diplômes dans cette discipline, mais le trial a toujours été ma vraie passion. C’est le chemin que j’ai choisi avec le soutien total de mon père. Je continue à monter pour le plaisir seulement. »

« Je savais que je pouvais être champion cette année, je connaissais le niveau de mes adversaires et j’avais confiance. Je pensais être en mesure de les battre. Mes résultats m’ont donné raison, je suis content de la manière dont j’ai roulé au niveau mondial. Par rapport au championnat national français, ce n’était vraiment pas la même histoire. En France, j’ai gagné deux manches et j’en ai perdu deux. Je suis leader ex aequo pour le moment et c’est quelque chose qu’il va falloir améliorer dans les dernières manches de la saison, pour qu’elle soit vraiment parfaite. »

S’exprimant sur sa relation avec son père, Chatagno a déclaré : « Je travaille bien avec mon père, il est important d’avoir un mentor, quelqu’un qui est à mes côtés qui me comprend complètement à tous les sens du terme. Je sais que je peux tout lui dire concernant mes sensations, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, c’est mon père et il ne veut que le meilleur pour moi. Il a joué un rôle très important, en particulier cette saison. »

Avec en poche cette victoire dans la Coupe du monde, Gaël pense maintenant aux futur. « Ce week-end, j’évoluerai à domicile mais je roulerai dans la catégorie au-dessus, en FIM Trial World Cup. Je pense qu’il est important de me jauger en vue de la saison prochaine. »

« J’espère être dans les cinq premiers de cette catégorie l’année prochaine, mais ce sera difficile et je ne connais pas exactement le niveau des autres pilotes. Évidemment, mon but absolu, mon rêve, serait d’être champion à nouveau l’année prochaine, mais je serai aussi très heureux de me retrouver sur le podium. Je sais que je dois m’entraîner très dur cet hiver. »

Pour l’instant, place aux Pyrénées françaises. « La Mongie est un endroit fantastique pour le trial », affirme-t-il. « C’est un endroit que je connais et j’évoluerai devant les supporters français. Je suis sûr qu’ils seront nombreux au rendez-vous. »

Sur une info FIM

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer