A LA UNEACTUSCommuniqué de presseCOMPETITIONNon classé

Trial de Bassecourt : Gubian devant

Petit village (Bassecourt dans un petit canton (Jura) pour un petit pays (la Suisse) avec la seule épreuve du genre : Et un succès incroyable. Tout d’abord un plateau exceptionnel de pilotes de niveau mondial évoluant sur des zones spectaculaires pour le plus grand plaisir d’un public parmi lequel on comptait de nombreuses personnalités, à l’image de l’ancien et du nouveau responsable des sports de la République et Canton du Jura. Des anciens champions de la moto (Cross, enduro, Paris-Dakar) ainsi que la présence inattendue mais très appréciée du champion du monde trial 1979, l’américain Bernie Schreiber. En parallèle, la présentation du RG Trial Team de Rudi Geiser qui présentait à ses sponsors les pilotes du team 2017 : Noé Pretalli (Suisse) et Eddie Karlsson (Suède).
Les speakers du jour ; Dominique Guillaume, organisateur et multiple champion Suisse (7x) et André Buchwalder triple champion Suisse, ne savaient plus où donner de la voix tellement la soirée était euphorique.
Victoire du français Loris Gubian
Bien qu’il s’agissait d’un show (très chaud) un classement a été établi à l’issu des 2 tours de 6 zones. Le pilote tricolore s’est imposé avec un score négatif ! Il n’a posé aucun pied de la soirée et a marqué un point de bonus en remportant la finale dans la zone parallèle.
La surprise (Guillaume l’avait prévu dans sa sélection des pilotes invités) est venue du plus jeune pilote présent, l’Allemand Max Faude, vice-champion du monde junior 2016, impressionnant de maîtrise et de technique.
L’autre très bonne performance est à mettre à l’actif du chouchou du public, le pilote local Noé Pretalli, champion Suisse en titre, qui se permettait même de prendre la tête du classement à l’issue de la ronde initiale check out here.
Mais le spectacle était surtout assuré par le suédois Eddie Karlsson, son surnom de Viking n’était pas usurpé, blessé l’après-midi à l’entraînement, il se faisait rapidement recoudre un doigt pour ensuite enchanter le public par des pirouettes en sortie de zone, à l’image d’un toréador ; Olé
Fidèle de toutes les dernières éditions, l’italien Filippo Loca, animateur du mondial Trial 2 faisait le spectacle mais a été pénalisé par de trop nombreux échecs. Fermant la marche mais à la carrière prometteuse, l’autre français Maxime Varin s’initiait à la difficile discipline du trial artificiel et réalisait cependant de très beaux passages.
La soirée était encore agrémentée durant les pauses par les prestations des vélos-trialistes de la région, également de niveau mondial, avec une grâce incroyable sur les mêmes obstacles que ceux de la moto

Texte et photo Walter Wermuth

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
https://www.trialmag.fr/wp-content/uploads/2020/09/tm98.jpg
Fermer