A LA UNEMagazine

Retour sur les traces de Monsieur Toni Bou

Trial Magazine vous propose une rétrospective de celui qui incarne probablement le rôle de la plus grande légende du Trial… Toni Bou.

Les débuts de la légende

jeune Toni Bou

Né le 17 octobre 1986, Toni qui partage le même prénom que son père, est issu d’une famille de motards assidus. Il ne reste pas grand-chose de ses premières années sur un deux-roues mais la légende dit qu’il a passé pas mal de temps sur un vélo trial avant de chevaucher une moto pour se rendre à l’école et affiner sa technique de franchissement. Il va rouler sur une Aprilia 50, une Merlin 50, une Beta 80 et même des Gas Gas 125, 160 et 250. 

Ses premiers pas dans le monde de la com- pétition internationale, il les fait à 14 ans sur une Beta 250 en championnat d’Europe FIM. Une époque de disette pour le trial espagnol : après le règne de Jordi Tarrès sur sa Beta et ses titres mondiaux, en 1987, 1989, 1990, 1991 et sur Gas Gas (1993, 1994 et 1995), ce sont les Anglais avec Lamp- kin qui ont pris le pouvoir, avant que le Japon avec Fujinami s’empare aussi du trône. Mais déjà se forme une vague ibère, Adam Raga enlève deux titres mondiaux, en 2005 et 2006, avant qu’un tsunami enfle au loin. Une déferlante jamais vue encore qui risque de tout balayer…

L’Europe, tremplin vers les sommets

A l’époque, le championnat d’Europe est le passage obligé de tout bon trialiste ayant des envies de carrière au plus haut niveau. C’est même l’antichambre des GP, là où se for- ment les générations de demain. Enfin, tant que la série est restée accolée au Mondial… Mais en ces temps-là, les deux cycles d’épreuves évoluent en parallèle, parfois au même endroit, parfois en des lieux différents. C’est là que le jeune Toni fait ses premières armes et signe ses premiers exploits. 

En 2001, armé d’une Beta et alors âgé de seulement 15 ans, il décroche ses premiers lauriers : vainqueur de la première manche du championnat en France, il finit second de la seconde épreuve en Espagne avant de terminer sur la troisième place du podium pour la dernière, elle aussi organisée dans la péninsule ibérique. Un quasi exploit, sauf que son adversaire direct, Jeroni Fajardo, fait mieux que lui en signant deux victoires, ce qui lui permet de scorer 57 points, contre 52 pour Bou. Pour le coup, remonté comme un coucou suisse, ce dernier revient aux affaires en 2002 le couteau entre les dents et décroche le pompon avec deux victoires, en France et en Espagne, et une seconde place en Italie, ce qui le crédite de 57 points. De quoi choper la couronne devant Isaac Pons (Gas Gas), James Dabill (Scorpa) et Tom Sagar (Beta).

Toni Bou trial GP

Cet article est à retrouver en intégralité dans les pages de Trial Magazine numéro 110, actuellement disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne.

 

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page