EssaisMontesa

Essai Montesa 300 RR 2016

Les principales caractéristiques de la Montesa 300 RR 2016 sont, en très bref, plus de puissance et un peu moins de poids. L’essentielle économie de poids revient à la fourche Tech alu à triple réglage : – 2 kg annoncés lors de l’exposé (qui n’en deviennent qu’un seul en comparant la fiche technique de la 300 RR – 71 kg – avec celle de la RT 260 !). Soit encore une petite surcharge pondérale d’environ quatre à cinq kilos par rapport aux concurrentes. Mais l’évolution est bien plus profonde : à partir d’un modèle quand même passablement daté, Montesa promet de proposer une moto apte à satisfaire le compétiteur de très haut niveau, puisque l’usine annonce des spécifications très proches de celles des motos des pilotes officiels en mondial, Eddie Karlsson et Oriol Noguera. Mais la 300 RR, avec son bloc nettement plus vitaminé, ses suspensions au velouté toujours aussi incomparable et sa finition de très haut vol, se destine également au randonneur, de préférence aisé ! Revue de détail des modifs annoncées, tout d’abord au niveau de la partie-cycle : on a déjà parlé de la fourche, la suspension arrière s’appuie sur un Showa aux settings revisités, allégé et ajustable en précharge et extension. Les moyeux sont  identiques à ceux des brèles officielles, cadre, chasse, angle de fourche et bras oscillant restent inchangés, conservant ainsi le même empattement de 1 321 mm, une valeur très proche de celle des Scorpa ou Sherco. Pour plus de mordant et un meilleur ressenti, le freinage avant est confié à un étrier monobloc à quatre pistons associé à un maître-cylindre Braktec (disques identiques). Enfin, économique mais efficace, les repose-pied sont reculés et abaissés de 5 mm, pour en théorie participer activement à l’allègement du train avant. En ce qui concerne le propulseur aux carters apparemment inchangés et renfermant toujours cinq rapports, il passe de 259 à 288 cm3 par augmentation de l’alésage (+ 2 mm) et de la course (+ 3 mm), soit une progression plutôt mesurée d’une trentaine de cm3 (taux de compression 10.5 : 1 inchangé). Le plus gros boost en termes de puissance provient bien davantage des courbes d’allumage modifiées (deux maps, terrain sec ou gras, sélectionnables au guidon) et surtout d’une pompe à essence de plus gros débit qui offrent un couple (encore !) plus sensible à bas et moyens régimes et une puissance nettement supérieure pour assurer le coup sur les grosses prises d’élan fréquentes à haut niveau. Le lendemain, aussi bien les top pilotes présents, Andy Blackman et Billy Bolt (9e Junior World Cup 2015), que de bien plus modestes S3 tombent d’accord sur les réels progrès réalisés par la 300 RR. Combinée à la fourche plus légère, la position de conduite reculée que, pour le coup, certains auraient pu considérer comme du pur chipotage aboutit à la sensation d’un train avant bien plus léger, à ne confondre en aucun cas avec volage. Un grand pas en avant donc par rapport à la 260, à laquelle le reproche le plus fréquemment adressé concernait une roue antérieure quasiment scotchée au sol, un peu comme celle d’un trail.

Prix: 10 499 €

A découvrir dans Trial Magazine N°76

Fiche Technqiue: Moteur : mono 4-T refoidi par eau – cylindrée : 288 cm³ – ratio de compression : 10,5 à 1 – alésage : 80 mm – course : 57,2 mm – injection PGM-FI – boîte de vitesses : 5 rapports – mise en route par kick.
Partie-cycle : cadre : monopoutre en alu – fourche : Tech alu Ø 39 mm, triple réglage, débattement de 167 mm – amortisseur : Showa réglable en précontrainte et extension, système Pro-Link, débattement de 170 mm – frein avant/ frein arrière : disques de 185 mm/150 mm, étriers 4 /2 pistons Dimensions : empattement : 1 321 mm – hauteur de selle : 650 mm garde au sol : 335 mm – poids à sec usine : 72 kg – réservoir : 1,9 litres

Tags
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer